Retour aux actualités

Les mythes du baby-boom déconstruits

Version imprimable
10 janvier 2019 // par Amélie Daoust-Boisvert
rss
Des interventions de santé publique qui ont débuté dans les années 1910 ont permis l’avènement de la génération des baby-boomers. Sans l’amélioration notable des conditions sanitaires 30 ans en amont, 60 % des enfants du baby-boom de 1945-1964, soit plus de 700 000 Québécois, n’auraient jamais vu le jour. 
 
 
Une étude étonnante menée conjointement à l’Université Concordia et à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) déconstruit les mythes fondateurs du baby-boom. En fait, « le nombre d’enfants par femme mariée diminue lors du baby-boom, c’est contre le sens commun », explique le professeur à l’INRS Benoît Laplante.
 
Une étude montre comment des améliorations dans les conditions de vie dès les années 1910 bouleversent 30 ans plus tard la démographie québécoise
Publiée en novembre dans Population Studies, la recherche conduite avec la professeure Danielle Gauvreau de l’Université Concordia montre que les femmes qui allaient devenir les mères des baby-boomers ont été plus nombreuses à survivre jusqu’à l’âge adulte. De plus, elles se sont mariées dans une plus forte proportion que la génération précédente. Ces deux facteurs, soit la diminution de la mortalité et l’augmentation de la nuptialité, expliquent 89 % des 1,2 million de naissances supplémentaires survenues au Québec lors de l’explosion démographique qui suit la Deuxième Guerre mondiale. 
 
« Sans ces deux phénomènes conjoints, il n’y aurait en fait pas vraiment eu de baby-boom », constate la professeure Danielle Gauvreau. 
 
 
La santé publique change la donne
La diminution de la mortalité infantile et juvénile à partir des années 1910 prépare le terrain du futur baby-boom. 
 
Le Québec ne dispose pas, à l’époque, de données systématiques sur la dynamique de sa population. Ce n’est qu’en 1926 que l’État collige officiellement les statistiques de l’état civil, soit les naissances, les décès et les mariages. 
 
Ces statistiques ébranlent les autorités, indique Benoît Laplante. « On constate que les enfants tombent comme des mouches. Les données réveillent le monde, et c’est alors que les politiques de santé publique, même avant l’arrivée des antibiotiques, font enfin reculer la mortalité infantile. » Construction d’égouts, vaccination, mesures d’hygiène et alimentation jouent un rôle central. De 127 décès pour 1000 en 1926, la mortalité infantile chute à 83 pour 1000 en 1936, et continue à s’améliorer dans les années subséquentes. 
 
Résultat : une large cohorte de femmes survit à l’enfance et, après la guerre, se marie abondamment. 
 
Une méthode de microsimulation démographique, perfectionnée par le démographe Alain Bélanger, professeur à l’INRS, a permis de calculer la contribution de ces phénomènes au baby-boom. Le Centre interuniversitaire québécois de statistiques sociales a rendu accessibles à des fins de recherche une partie des données qui ont permis de mener ce travail. La méthode novatrice permet de vérifier l’impact de différents scénarios sur le nombre de naissances durant la période du baby-boom. 
 
Autre moteur important : la situation économique est propice à convoler en justes noces et les vocations religieuses perdent de leur attrait. Bref, on se marie davantage, et plus jeune. « On attribuait beaucoup la responsabilité du baby-boom au Québec à cette augmentation de la nuptialité, mais alors que le nombre d’enfants par femme mariée diminuait, ça ne pouvait pas suffire », relate Danielle Gauvreau. 
 
L’immigration vient elle aussi gonfler la génération de l’après-guerre, expliquant 14 % des naissances, montre l’étude.
 
La fécondité, en baisse, fait pour sa part reculer de 3 % le nombre de naissances pendant le baby-boom, qui n’est finalement pas tant une affaire de familles nombreuses que... de nombreuses familles. 
Les chercheurs espèrent que la méthode, appliquée à d’autres pays ayant vécu le baby-boom, permettra d’en éclairer les causes différenciées d’une société à l’autre.
 
 
L’étude The mechanics of the baby boom: Unveiling the role of the epidemiologic transition est cosignée par Danielle Gauvreau, professeure au Département de sociologie et d’anthropologie de l’Université Concordia, Patrick Sabourin et Samuel Vézina, doctorants diplômés de l’INRS et Benoît Laplante, professeur à l’INRS. Elle a été financée par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) du Canada. ♦
 
Publication originale : Gauvreau, Sabourin, Vézina et Laplante. 2018. The Mechanics of the Baby Boom: Unveiling the role of the epidemiologic transition. Population Studies 72 (3), 305–321. 

Actualités

Les plus consultées

Consultez notre webzine

PlanèteINRS.ca

Webzine

Mieux répartir les brigadiers pour la sécurité des écoliers ...

Webzine

Une diplômée étudie les territoires de la production de « pot » au Québec ...

Webzine

Un diplômé facilite l'innovation canadienne et son exportation ...

Webzine

Des aménagements urbains adaptés aux piétons âgés… et aux autres! ...

Webzine

Surplus et surqualification des travailleurs canadiens en 2031 ...